Complémentarité des droits de la femme et des droits de l’enfant

La femme et l’enfant sont deux êtres fragiles que l’homme se presse de protéger quoi qu’il en soit. Leurs droits sont en effet une branche des droits de l’homme mais visant la protection spécifique de ces êtres humains à part entière.

Et même si dans un cas très particulier les droits des femmes sont des droits théoriques ou réels, revendiqués pour les femmes et les jeunes filles dans de nombreuses sociétés à travers le monde, il existe une petite complémentarité entre ces droits de la femme et ceux de l’enfant.

On peut remarquer cette petite complémentarité dans les questions généralement associées aux notions des droits des femmes parmi lesquelles il y a le droit à l’éducation pour ne citer que celui-là.

Par ailleurs, les femmes ont droit à l’intégrité et l’autonomie corporelle ; elles sont éligibles aux droits civiques, dont le droit de vote et le droit de participer à la vie politique via l’éligibilité et la participation effective au pouvoir exécutif à travers une forme pure et simple de parité.

Aussi, elles ont droit à l’exercice de la fonction publique, celui de travailler, le droit au salaire égal (à compétence égale) à celui des hommes et tant d’autres.

En ce qui concerne les droits des enfants il est utile de préciser que son droit à la vie est l’un des sujets polémiques qui divisent les revendications féministes et les convictions religieuses ainsi que quelques morales sociétaires, lorsque dans certaines sociétés les femmes exigent le droit à l’interruption volontaire de grossesse.

Fort heureusement des affirmations attestent que certaines de ces revendications sont rejetées et particulièrement celle de l’avortement volontairement provoqué pour des raisons qui ne relèvent pas spécifiquement du droit des femmes, plutôt des droits de l’homme,  car vue comme une sorte d’opposition à la vie de l’enfant.

Précisons ici que les droits des enfants sont les droits de la personne qui s’appliquent à tout être humain âgé de moins de dix-huit ans sauf si la majorité est atteinte plut tôt en vertu de la législation qui lui est applicable. La similitude entre les droits dont jouissent les femmes et les enfants vient du fait que la portée des enfants va de l’offre d’autonomie à la protection contre la violence physique, psychologique ou émotionnelle

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *